OUR NEWS

M&M's en Buzz in a Box kleuren opnieuw 'all Red'!

M&M's en Buzz in a Box kleuren opnieuw 'all Red'!

Sinds vorig jaar besloot Mars, en meer bepaald M&M's, om ons Belgisch nationaal voetbalteam te steunen.

(Version française ci-dessous)

Het merk M&M's deelt met onze Duivels namelijk heel wat gemeenschappelijke waarden. Beide familiemerken staan voor fun, plezier, respect voor elkaar en kleurrijke persoonlijkheden.

De ontwikkelde creatieve strategie leverde de campagne 'We are all Red' op, die duidelijk maakt dat, hoewel elk M&M’s character trots is op hun kleur, ze tijdens de matchavonden allemaal ROOD zijn!  De campagne werd aangepast voor talrijke mediakanalen.

 

Euro 2016 gaat dit jaar bij onze buren in Frankrijk door, en daarom is het duidelijk dat de campagne voor 2016 meer dan ooit verlengd moet worden, want: We are all Red!

M&M's ontwikkelde dus, nog steeds in samenwerking met zijn agentschap Buzz in a Box, 3 viralespots die onze Duivels voor een vending machine afbeelden. De voetballers overleggen met elkaar welke kleur ze verkiezen, maar uiteindelijk kiezen ze samen voor een zwart-geel-rood Red Devils Edition-pak.

 

Ontdek de grappige spots hier.

 

Client: M&M’s

Agency: Buzz in a Box

Production: Ristretto Film

 

M&M’s et Buzz in a Box « are » une fois encore «  all Red »

 

Depuis l’année passée Mars, et en particulier sa marque M&M’s, a décidé de soutenir notre équipe nationale Belge de football. En effet, la marque de dragées chocolatées partage avec nos Diables un grand nombre de valeurs communes : le fun, le plaisir, la multi-culturalité, le respect de l’autre…

La stratégie créative développée alors a donné naissance à la campagne « We are all Red » qui démontre clairement que, bien qu’ils soient très fiers de leur couleur, les soir de match, tous les M&M’s voudraient être rouges. Campagne déclinée en de nombreux médias.

 

Avec l’Euro 2016 organisé chez nos voisins Français, il était évident que la campagne devait être prolongée car cette année plus que jamais : We are all Red !

C’est donc, toujours accompagnée de son agence Buzz in a Box, qu’M&M’s a développé 3 spots viraux mettant en scène nos Diables Rouges face à une « vending machine » – comprenez un distributeur automatique. Alors que les sportifs discutent de la couleur du paquet qu’ils préfèrent, c’est finalement un paquet noir-jaune-rouge Red Devils Edition qui sera choisi.

 

Des spots humoristiques à découvrir ici.

 

Client: M&M’s

Agency: Buzz in a Box

Production: Ristretto Film

Yves Rocher op de lippen van alle blogsters

Yves Rocher op de lippen van alle blogsters

Speciaal voor de lancering van zes nieuwe, glamoureuze kleuren van zijn Glossy Lip Pen lippenpotlood doet Yves Rocher een beroep op de diensten van het agentschap Buzz in a Box

Speciaal voor de lancering van zes nieuwe, glamoureuze kleuren van zijn Glossy Lip Pen lippenpotlood doet Yves Rocher een beroep op de diensten van het agentschap Buzz in a Box en op de talenten van zes geweldige, invloedrijke blogsters/YouTubers: Yentl Keuppens, An-Katrien Casselman, Audrey Marshmaloo, Annabel Pesant, LufyMakesYouUP en MissLipGloss.

In de virale spot zien we de jongedames poseren in een decor dat hun leefwereld vertegenwoordigt. Zes verschillende sferen en stemmingen, telkens gekleurd en opgesmukt met een van de nieuwe Yves Rocher-producten. Het idee is simpel: er is een Glossy Lip Pen voor elke persoonlijkheid en elke beauty.

“Een van de principes van virale communicatie is dat niet langer het merk met de consumenten praat, maar dat die onderling discussiëren over het merk. Het zijn de blogsters die zich meester maken van de boodschap. Er is dus geen plaats voor leugens”, zegt Grégory Defay, Managing Director van Buzz in a Box en docent marketing aan de hogeschool EPHEC.

“De keuze voor blogsters en YouTubers is een belangrijk element”, verduidelijkt Sylvie Bové, Brand en Consumer Marketing Director van Yves Rocher Benelux. “Hun persoonlijkheid moet eerst en vooral overeenkomen met die van het merk: vrouwelijk, natuurlijk en gezond. Verder moeten ze enthousiast zijn over onze producten en echt houden van het merk. Anders werkt het niet. We willen altijd en overal consistent zijn.”

Ontdek de kleurrijke, glamoureuze spot op https://www.youtube.com/watch?v=CMaxnbN3GCI

En binnenkort op ieders lippen.

Euro 2016: Quelles opportunités pour les marques?

Euro 2016: Quelles opportunités pour les marques?

Source: www.e-marketing.fr


Publié le 15/12/2015 par Paul Monin Réponse avec Michel Desbordes, professeur à l'INSEEC et spécialiste du marketing sportif, qui analyse les opportunités pour les annonceurs et les clubs à l'approche de l'Euro 2016. e-marketing

Soupçons de corruption dans les plus hautes sphères de la Fifa, polémique autour de la sex-tape du joueur Mathieu Valbuena... Ces scandales à répétition dans le monde du football ne freinent-ils pas les sponsors? Michel Desbordes, professeur et responsable du pôle Sport&Entertainement du groupe INSEEC Michel Desbordes, professeur à l'INSEEC et spécialiste du marketing sportif:

Sur le long terme, la réponse est non. Les marques qui investissent, comme des banques ou des assurances, s'engagent sur dix, quinze ou vingt ans. Mais il est clair que cela ne fait pas de bien au football dans son ensemble. Il y a eu quelques mauvaises périodes: Knysna en 2010, lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud lorsque les joueurs ont refusé de descendre du bus, puis l'affaire Zahia. Depuis, l'image de l'équipe de France s'est améliorée. Le football est un sport surexposé médiatiquement, que ce soit sur les bons ou les mauvais aspects. Les marques en sont conscientes. Et ce n'est pas le seul sport à connaître des scandales: Tiger Woods dans le golf, le dopage sur le Tour de France... L'affaire Festina n'a pas eu de conséquences néfastes pour la marque, mais au contraire, a plutôt contribué à augmenter la notoriété de la marque.

Les marques qui sponsorisent des clubs ou des joueurs parviennent-elles à mesurer le ROI? En investissant dans le football, les marques cherchent toujours à atteindre les mêmes objectifs. Le premier consiste à augmenter sa notoriété: la compagnie Emirates, par exemple, était encore inconnue en France il y a une dizaine d'année. Grâce à ses partenariats avec des clubs comme le PSG ou Arsenal, elle a réussi à se créer une présence dans l'esprit du consommateur européen. Le second vise à faire aimer, car si certaines marques sont connues, elles ne sont pas pour autant appréciées. En s'accolant des clubs sportifs, une marque associe à son nom des valeurs de dynamisme, de performances. Mais le point-clé essentiel réside dans l'augmentation des ventes. Or, si les deux premiers objectifs sont facilement mesurables via des enquêtes d'opinion et de notoriété, il est en revanche difficile d'évaluer les conséquences du sponsoring sportif sur les ventes. Pour calculer le retour sur investissement, il est nécessaire d'effectuer des études ad hoc auprès des consommateurs, en croisant les variables. La population des supporters doit être étudiée en priorité, chaque année pour pouvoir déterminer les évolutions sur le long terme. Ces études nécessitent des calculs fins et ont un coût élevé, que seules les grandes marques, qui en ont les moyens, peuvent se permettre.

Mais le marketing du football est-il en souffrance? "La performance sportive est toujours au coeur des attentes" Non, car les audiences des matchs sont toujours bonnes. Il ne faut pas se focaliser sur ces scandales ; la performance sportive est toujours au coeur des attentes. Dans le cyclisme, des enquêtes d'opinions montrent que ce sport est toujours perçu comme très difficile, malgré les scandales du dopage. Ce n'est donc pas une variable-clé pour les sponsors, qui sont dans l'ensemble détaché de ces problèmes. Ce sont des partenaires financiers, comme des actionnaires, et n'ont pas d'impératifs sportifs.

A quels enjeux marketing doivent faire face les clubs de football? Les situations des clubs en France diffèrent. Le PSG, qui a des moyens illimités, mène une politique particulière. C'est un club à part dans le paysage national, très différent des autres. Les clubs de Lyon, Marseille ou Bordeaux sont des clubs plus classiques, dans la norme, qui doivent gérer avec leur propre argent. Pour ceux-là, la problématique majeure reste le remplissage du stade. S'ajoutent également des contraintes sportives: si le club ne se qualifie pas en compétition européenne, ou est relégué en Ligue 2, c'est une catastrophe financière. Comment les clubs de football utilisent-ils les outils numériques pour acquérir ou fidéliser de nouveaux clients? L'utilisation des outils numériques, comme la gestion de la billetterie avec un logiciel CRM est plutôt l'apanage des grands clubs. Le PSG parvient à remplir le stade à chaque mach. Les petits clubs, en revanche, ne sont pas encore à ce niveau et doivent progresser. Les stades de Lille, Nice ou encore Bordeaux, ne sont pas pleins. Et ils ne pourront pas continuer avec un taux de remplissage de 60 ou 70%. Un stade doit tendre vers le 100%, quel que soit le niveau de l'équipe ou sa place dans le classement du championnat. C'est un enjeu majeur pour les clubs, qui sont dépendants des revenus de la billetterie. Intégrer des outils de gestion de clientèle est devenu absolument fondamental. Les clubs anglais sont très forts en la matière. Pour remplir les stades, ils ont développé des techniques de yield management proches de celles employées par les compagnies aériennes pour optimiser le remplissage des avions, couplées avec des programmes de fidélisation élaborés.

Quelles sont les grandes tendances qui se dessinent dans le marketing du football? Les clubs, à l'avenir, devront vendre plus qu'un simple billet, mais une expérience immersive et différenciante. L'objectif est de parvenir à les faire arriver plus tôt au stade et repartir plus tard, pour favoriser la consommation. Cela implique l'élaboration d'un parcours client riche. Et pour faire changer les comportements, les outils numériques sont d'une grande utilité. En Allemagne, l'Allianz Arena, le stade du Bayern Munich, a développé des services qui favorisent la venue du supporter. Par exemple, ils envoient plusieurs heures avant le début du match, par téléphone ou email, les itinéraires idéals pour se rendre au stade en métro ou en voiture. Les clubs deviennent des entreprises de service comme les autres. Les clubs cherchent également à diversifier leur clientèle: un des grands enjeux pour les stades français est de faire en sorte que les femmes et les enfants viennent. Un homme seul consomme beaucoup moins qu'un homme accompagné par sa famille. Dans cette optique, les Quatari ont beaucoup fait pour éradiquer le hooliganisme dans le PSG et renforcer la sécurité. Outre l'aspect moral de cette question, il y a des enjeux business. Aujourd'hui, les enfants sont de retour au Parc des Princes, car les conditions le permettent. En cela, on se rapproche beaucoup du modèle américain, où les matchs de basket de la NBA vont se voir en famille.

À l'approche de l'Euro 2016, quelles sont les perspectives pour les marketeurs? La seule tendance notable que je remarque, c'est l'apparition des " Fan Zone ", ces endroits en dehors du stade où les supporters qui n'ont pas de billet se réunissent pour regarder le match diffusé sur des écrans géants et consommer le spectacle ensemble. C'est une réponse à la contrainte du stade, dont le nombre de place reste limité. Ce type de pratiques avait rencontré un grand succès au Brésil au cours de la coupe du Monde 2014. J'ai été frappé par le nombre de supporters français venus pour vivre l'expérience dans ces fans zones comme sur la plage de Copa cabana, où l'ambiance y était toute aussi bonne que dans les stades. C'est une tendance marketing lourde, et un enjeu majeur pour la France qui va organiser l'Euro 2016, et qui va devoir accueillir de nombreux supporters européens qui auront fait le déplacement. Mais j'ai peur que suite aux attentats de novembre 2015, les aspects de sécurité l'emportent et que ces Fan Zone soient compromises, alors qu'elles véhiculent des opportunités marketing et business très importantes.

Retrouvez cet article sur: www.e-marketing.fr - "Euro 2016: Quelles opportunités pour les marques?"

Carrefour mise sur les gadgets M&M's

Carrefour mise sur les gadgets M&M's

Avis aux fans de M&M's : Carrefour propose en exclusivité dans douze de ses hypermarchés une dizaine de gadgets à l'effigie des célèbres friandises au chocolat.


source: www.retaildetail.be

Déploiement dans tous les hypermarchés en cas de succès

Le premier M&M’s Wall a déjà  été installé à l’entrée de l’hypermarché d’Auderghem et d’ici peu d’autres suivront à Schoten, Oostakker, Bruges B Park,  Kuringen, Froyennes, Herstal, Mont Saint-Jean, Bierges, Berchem-Sainte-Agathe, Kraainem et Drogenbos. Si le projet séduit la clientèle, il sera déployé dans les 45 hypermarchés de la chaîne.

L’offre est similaire dans tous les points de vente et comprend une dizaine de gadgets, dont des distributeurs de M&M’s, vendus au prix de 14,99 euros et des lunch box (7,49 euros). Il s’agit d’une primeur pour la Belgique, car jusqu’à présent les gadgets M&M’s étaient en vente uniquement à l’étranger.

Welcome M&M's

Welcome M&M's

After winning a pitch against two other agencies, we are very proud and very pleased to welcome Red, Yellow and all the others within our small team.

Buzz in a Box werft aan / Buzz in a Box engage

Buzz in a Box werft aan / Buzz in a Box engage

Buzz in a Box is een tof 360° communicatieagentschap geleid door een tof team, dat voor toffe klanten werkt. Maar er is tof en toffer ... want als we goed werken en onze klanten goed in de watten leggen, wordt onze business groter, en wanneer onze business groter wordt, groeit ons team aan. Daarom zijn we op zoek naar:

Een talentvolle graphic designer (m/v)

Voor welke functie je ook solliciteert, aan deze voorwaarden moet jij voldoen:

  • Je bent tweetalig NL-FR;
  • Je bent supergemotiveerd en hebt echt zin om deel uit te maken van het reilen en zeilen van een agentschap;
  • Je bent ambitieus en neemt graag beslissingen;
  • Je neemt je verantwoordelijkheid op;
  • Je bent een team player en bent in staat individueel vooruitgang te boeken;
  • Je bent ordelijk en georganiseerd;
  • Een glimlach en een goed humeur zijn trouwens ook altijd goed meegenomen!

Interesse? Stuur je cv en motivatiebrief naar info@buzzinabox.be, met vermelding van de functie waarvoor je je kandidatuur stelt.

We kijken alvast uit naar onze eerste ontmoeting!

Buzz in a Box engage

Buzz in a Box est une chouette agence de communication 360° dirigée par une chouette équipe pour de chouettes clients. Mais il y a encore plus chouette… quand on fournit du bon boulot et qu’on chouchoute ses clients, le business se développe et quand le business se développe, l’équipe s’agrandit. Voilà pourquoi nous sommes à la recherche d’ un(e):

Talentueux graphic designer

Quelle que soit la fonction qui vous intéresse, pour faire partie des nôtres il vous faudra:

  • Être Bilingue NL-FR ;
  • Être surmotivé et avoir vraiment envie de participer à la vie de l’agence ;
  • Être ambitieux et aimer prendre des décisions ;
  • Assumer vos responsabilités ;
  • Aimer le travail d’équipe tout en étant capable d’avancer individuellement ;
  • Être ordonné et organisé ;
  • Et, tant qu’à faire, être souriant et souvent de bonne humeur.

Cela vous tente? Envoyez-nous votre CV et une lettre de motivation à info@buzzinabox.be en n’oubliant pas de préciser la fonction pour laquelle vous postulez.

Nous sommes déjà impatients de vous rencontrer.

The Red Devils Game

The Red Devils Game

It has been several years that the URBSFA-KBVB (and so also The Red Devils) and Buzz in a Box are good business partners.

Therefore the pleasure of developing the design for the official "Red Devils Game" was all ours.

With this game you can test your knowledge about the Belgian national team and buy the best teams in the history of the Red Devils.

Gamers, young and old, will learn about their favorite players, from Jan Ceulemans to Vincent Kompany.
Over a 1000 questions and answers for hours of pleasure.

This limited edition game is to discover without further ado.

Une agence belge cachée derrière le buzz

Une agence belge cachée derrière le buzz

Article: La Libre.be

   

Actualité A la base de cette histoire, il y a une publicité pour Pepsi. On y voit une canette de la célèbre boisson drapée dans une cape Coca-Cola. Le tout surmonté du slogan "We Wish you a scary Halloween!" (que l'on pourrait traduire par "Nous vous souhaitons une fête d'Halloween pleine de frayeur!")

(Crédit: Buzz in a box)

Derrière cette pub, on trouve l'agence belge Buzz in a box. "C'était un clin d'oeil uniquement pour Halloween", explique Gregory Defay, managing partner chez Buzz in a box contacté par LaLibre.be. "Rien d'offensif, juste quelque chose de taquin prévu uniquement pour les supports digitaux", précise-t-il.

La suite, Gregory Defay ne l'avait pas vraiment anticipée. Une nouvelle pub apparaît, reprenant le même visuel, à un petit détail près: le slogan. On peut à présent lire "Everybody wants to be a hero" ("Tout le monde veut être un héros").

Qui est l'auteur de ce détournement? Vraisemblablement, il ne s'agit pas des publicistes de Coca-Cola qui nient toute implication. En tout cas, le visuel revu et corrigé est apparu sur le site 9gag.com qui reprend des images humoristiques partout sur le web.

Et Gregory Defay de s'enthousiasmer: "Le site de 'Ads of the World', référence mondiale au niveau publicitaire, nous a signalé que cette annonce était l’annonce la plus virale qu’ils aient connu avec plus d’un million de vues en moins de 24 heures." Banco !

 

Welcome Benjamin

Welcome Benjamin

We are happy to welcome Benjamin to our firm. He will work with us for 4 months to improve his knowledge of graphics. We wish him a warm welcome!

Merit Awards Winner

Merit Awards Winner

It's with great joy that we were selected winners at the Merit Awards night, the prestigious reward, the title of "campaign of the year" in the category of self-promotion. Just as a reminder: the Merit Awards go out to a persons, structures or projects that caught the eyes of the Media Marketing team in 2011. You can discover the awarded clip called "Orangus" in the section "our work" on this website.

The team expands

The team expands

Because we would like to serve you even better and guarantee a maximum availability in spite of our growing success, we are happy to welcome Géraldine Vanoevelen at our new offices.


Géraldine joins the team as "Project Manager" and is putting all her energy and her knowledge about the world of communication at your disposal. Welcome!

Campaign of the week

Campaign of the week

Great news never comes on it's own, Media Marketing put our "Anonymous" as campagne of the week on its website.


Discover MM's articles below (Dutch & French).

Pech voor Buzz in a Box. Het bureau had nog maar net een Merit Award gewonnen in de Self Promo competitie (zie elders in dit nummer) en daar werd zijn site al gekraakt door "Anonymous". Hij is trouwens nog steeds niet toegankelijk en zou dat pas ten vroegste vrijdag weer opnieuw zijn. Ontdek de boodschap van de piraten - of ten minste van de gemaskerde piraat - deze week op www.mm.be. Vermelden we tot slot dat alles uiteindelijk goed komt, want vrijdag lanceert het bureau zijn nieuwe site. Dus is die gratis reclame uiteindelijk welkom.

Pas de chance pour Buzz in a Box. A peine l'agence avait-elle remporté un Merit Award dans la compétition Self Promo (lire par ailleurs dans ces colonnes) que son site était piraté par "Anonymous"... Celui-ci n'est d'ailleurs toujours pas accessible et ne devrait pas l'être avant vendredi au plus tôt. Découvrez le message des pirates ou plutôt du pirate masqué cette semaine sur www.mm.be. Notons enfin que tout est bien qui finit bien puisque vendredi, l'agence lancera son nouveau site. Comme quoi cette publicité gratuite est finalement la bienvenue...

 

Jens is in the Box

Jens is in the Box

We are happy to welcome Jens Popelier into our little team. Jens joins us as Graphic Designer. From now on his talents and experience are at your disposal.

Orangus in Culture Pub

Orangus in Culture Pub

Fans of advertisement are well aware of a French show called Culture Pub that gives an overview of the very best produced in the advertising world.
Our hearts filled with joy when the makers of the show decided to have our spot "ORANGUS" broadcasted.

Campaign of the month

Campaign of the month

As the campaign "we are all part of the team" was selected campaign of the week by "Media Marketing", the PUB magazine on her turn hosted us on a double page.

Discover the French article below.

Les vertus de l'Hyperproximité!
Article paru dans le PUB magazine 02/03/2011
La jeune agence Buzz in a Box signe la campagne de soutien aux Diables Rouges.

C'est un joli coup que vient de réussir Buzz in a Box en remportant la compétition organisée par l'Union Royale Belge de Football (URBSFA) pour la campagne 360° de soutien aux Diables Rouges. D'autant que parmi les 16 agences en lice, figuraient quelques ténors, notamment une fameuse et une joyeuse. L'occasion de voir où en est cette agence qui souffle à peine sa première bougie. C'est en effet en septembre 2009 que naquit cette «cellule de communication créative d'hyperproximité».

«Une bonne communication dépend de plusieurs facteurs dont, notamment, la pertinence du message qu'elle porte, de la créativité qu'elle utilise et du ou des médias qui la propagent. Le principe de base d'une communication efficace est de faire agir ces différents (f)acteurs les uns avec les autres pour amplifier l'efficacité totale. Il faut donc parfois structurer la créativité - sans pour autant la brider - pour qu'elle puisse remplir sa mission le plus efficacement possible». Voilà une profession de foi qui a déjà séduit quelques clients, qui, comme le souligne Grégory Defay, créative associate et co-fondateur de Buzz in a Box, vont de l'opticien du coin aux grandes marques internationales.
«Le profil de nos clients est aussi varié que les missions qu'ils nous confient», dit-il. Quelques exemples: pour Signal (Unilever), l'agence a fait de la PLV et des spots radio, pour Florette, de l'activation points de vente, pour Porsche Urban Golf Trophy, de l'identité graphique et maintenant pour l'Union Royale Belge de Football - un joli but - une campagne 360° (TV, print, affichage…).

Buzz in a Box se positionne comme «cellule de communication créative d'hyperproximité» ! Voilà qui mérite une explication. «Ces trois caractéristiques, en plus de former une jolie phrase, reflètent parfaitement notre vision de la publicité et de la relation client-agence qui en découle. Si le concept de «communication créative» ne nécessite pas de grandes explications, il n'en est pas moins primordial. Du spot télé à la simple carte de visite, en passant par l'affichage et la PLV, l'idée créative reste au centre de toutes nos attentions. Cependant, il est tout aussi important de ne pas oublier que cette idée créative doit servir un message, une stratégie clairement définie, et non exister dans le seul but de divertir. Cette relation «Pertinence du message - Création» est la condition sine qua non d'une bonne campagne», précise encore Grégory Defay.
«En ce qui concerne notre fonctionnement sous forme de «cellule», le principe est assez simple et consiste à composer l'équipe la plus créative en fonction de chaque projet, en se greffant, lorsque cela est nécessaire, à d'autres cellules spécialisées. L'avantage en est double. Qualitativement, cela permet de s'associer aux partenaires les plus adéquats, tout en centralisant le concept créatif. Financièrement, cela évite les charges inutiles relatives à une équipe exagérément complète.
Le dernier point qui nous caractérise est l'hyperproximité qui nous unit à nos clients. Pas de détour, pas de langue de bois, pas de perte d'énergie ou d'information en passant par d'inutiles intermédiaires, nous ne travaillons pas pour nos clients mais bien AVEC eux. Même si cela paraît futile aux yeux de certaines agences, la différence est incroyable. Et la confiance mutuelle qui en découle n'en est que plus grande. Voilà trois caractéristiques qui font de notre agence 360°, une agence capable de fournir un travail complet, homogène et en adéquation parfaite avec les valeurs et les attentes de nos clients.»

Le Belge aime la publicité !
Et quels sont les grands défis pour votre agence dans un secteur qui a beaucoup changé, où la concurrence vient de partout, où la définition du mot média a évolué, où la perception de la publicité évolue ?
«Malgré ce que peuvent laisser croire les stickers «NO PUB» collés sur nos boîtes aux lettres, ou encore notre manie de «zapper» les pages de publicité qui rythment nos soirées télévisées, le Belge aime la publicité. Du moins, il aime la bonne publicité et c'est là que le bât blesse…"
" À l'heure où les émissions de divertissement passent en boucle - au grand bonheur des téléspectateurs - les spots les plus étonnants et où Internet nous «forwarde» ses perles promotionnelles, les campagnes que nous - citoyens - avons sous les yeux sont, pour la plupart, décevantes ou du moins assez peu remarquables. Une des raisons pour lesquelles le niveau moyen des communications est en deçà de ce que l'on pourrait - et devrait - attendre d'elles est que l'annonceur, mal conseillé, privilégie bien souvent le contenu au contenant."
"Loin de nous l'idée de prôner une dictature absolue de la création sur le message, mais bien d'encourager «la créativité au service d'un message pertinent préalablement défini». Ces deux notions de «justesse du message» et de «créativité» sont complémentaires. Elles doivent se booster mutuellement et non, comme c'est trop souvent le cas, empiéter sur le territoire de l'autre."

Une tendance à la surinformation !
«La crise passée par là a encore fragilisé cet équilibre. Chaque euro investi faisant l'objet d'une attention toute particulière, l'annonceur, malheureux propriétaire d'un budget plus serré, veut continuer à communiquer le même nombre d'informations. Pour ce faire, il va augmenter son ratio «informations données/euro investi». Malheureusement, «communiquer» n'est pas uniquement une question de distribution d'informations, encore faut-il qu'elles soient reçues."
" Pour contrer cette tendance à la surinformation qui s'effectue aux dépens de la visibilité de la campagne, il faut revenir au b.a.-ba de la communication et y remettre de l'ordre. L'important est de fixer préalablement et très clairement avec l'annonceur le message à faire passer. Cela peut paraître évident, pourtant il n'est pas rare que l'objectif à atteindre soit assez flou. Une fois la mission définie, et seulement à ce moment-là, il faut trouver le «concept» qui permettra à ce message de se faire remarquer (dans le bon sens du terme).»

Une tendance «Crossmedia» oui, mais pas au hasard
«Dans un même temps, conséquence de la frilosité provoquée par la crise, les médias traditionnels ont repris un peu du poil de la bête, et c'est tant mieux. Loin de nous l'idée d'être réfractaires aux nouveaux médias, mais ce qu'il faut éviter à tout prix est d'utiliser un média parce qu'il est «the media to use», comprenez le média à la mode. Le choix du ou des médias utilisés doivent être partie intégrante de la stratégie de communication: la bonne idée doit utiliser le ou les bons médias pour faire passer le message préalablement établi.D'abord trouver l'idée et, parallèlement, décider du plan média, ensuite décliner l'idée au(x) média(s) choisi(s) et surtout veiller à l'homogénéité de la communication dans les différents médias.»

Voici quelques détails sur le trio qui anime l'agence. Gregory Defay est Licencié en Gestion et Economie de l'UCL et a aussi suivi avec succès le 3ème Cycle en Marketing & Advertising de la Solvay Business School. Il a travaillé également comme AD chez McCann-Erickson et DDB.
Quentin Gascard est Gradué en publicité de la Haute école Roi Baudouin (Spécialisation en Art Graphiques: ERG-INSLAP). Il a travaillé chez Cathedral comme Graphic Designer, et comme AD chez McCann.
Le copywriter Tim Vercauteren a fait son entrée dans le monde de la publicité via les Michel Leën Awards et le stage de 6 mois chez LDV qui y était lié. Ensuite, son parcours l'a conduit chez EuroRSCG, Markee, Ogilvy, 10 Advertising, McCann, Germaine et à présent chez Buzz in a Box, dont il devient l'un des trois partenaires.

«All part of a team»
Buzz in a Box a donc signé la récente campagne de soutien aux Diables Rouges. L'objectif était clairement défini par l'Union Belge de Football ainsi que par ses nombreux sponsors: «Communiquer, activer et sensibiliser le grand public et les supporters de football afin de soutenir au maximum les Diables Rouges durant la phase de qualification à l'Euro 2012».

«3 langues nationales, 3 régions, 10 millions d'habitants, mais un seul et unique BUT. Rares sont les événements qui peuvent se vanter de provoquer une émotion suffisamment intense pour faire regarder tout un pays dans la même direction» explique Grégory Defay, créative associate de Buzz in a Box, avant d'ajouter «Les Diables Rouges, c'est ça ! Les Diables Rouges, c'est moi ! C'est nous ! C'est notre équipe, notre pays, notre culture. L'idée qui en découle est simple, chaque Belge est un peu Diable Rouge.»
«Pour illustrer cette idée, nous avons choisi de montrer nos joueurs composés de parties de supporters. C'est-à-dire qu'un Diable Rouge n'est plus un joueur de football singulier mais qu'il est l'assemblage, la somme de tous ceux qui le soutiennent, de tous les Belges. Afin de mettre ce concept de «joueur composé de supporters» en image, c'est le symbole de la pièce de puzzle qui a été utilisé. Chaque pièce qui compose le joueur est, en réalité, une pièce issue d'un supporter. Ce n'est que parce que tous les éléments sont là que notre équipe nationale peut exister: WE ARE ALL PART OF THE TEAM.»

Le concept a été décliné pour de nombreux médias: spot télé de 30 secondes, affichages 10 et 20 m², presse et magazines, mais aussi sur tout le matériel utilisé par l'Union Belge de Football (boards d'interviews, gadgets de stade, tickets…). Pour ce qui est du visuel principal - print et affichage -, c'est Thomas Vermaelen, capitaine des Diables Rouges, qui a prêté son visage.
Si la transformation d'un joueur en jeu Ravensburger est déjà un petit challenge en soi, il est tout de même possible de compliquer encore un peu la chose. En effet, afin de pousser le concept jusqu'au bout, un des visuels a «réellement» été créé à base de pièces de puzzle émanant de photos de supporters.
C'est Steven Defour, capitaine du Standard de Liège, qui a été choisi par l'Union Belge pour être le «héros» du spot TV. Néerlandophone d'origine, parfait bilingue et évoluant dans un club francophone, il représente, sans nul doute, un bel exemple d'unité nationale.

Maxel on the cover of MM

Maxel on the cover of MM

The magazine "Media Marketing" honoured us by putting the Maxel campaign visual on the cover of issue number 265, titled: «Agence/annonceurs, a qui profitent les pitches ?» Such visibility that is always pleasant to discover.